Le carnet de nos visiteuses à Togo

Mercredi, Août 8, 2012

Nous sommes arrivées au Togo!

 Après un voyage difficile dû à des retards à cause d’un nombre inhabituel de passagers à Paris CDG, de changements de dernière minute, d’une très mauvaise information des voyageurs et de contrôles de poids de bagages très tatillons de la part d’Air France, nous sommes enfin arrivées à Lomé jeudi soir. Là nous attendaient nos partenaires togolais pour nous faciliter le passage de la douane. Nous sommes ensuite allées dormir chez les religieuses de la Trinité ; dans chaque chambre, il y a au moins deux photos du pape Jean-Paul VI, mais pas une seule du pape actuel.

Cependant, nous n’avons pas osé leur dire que « WIR SIND PAPST » depuis plusieurs années déjà…

Le lendemain, nous sommes allées au marché des féticheurs:

on peut y voir des étalages de cadavres d’animaux séchés, destinés à entrer dans la fabrication d’amulettes, de fétiches et de médicaments contre l’impotence, les forces du Mal, toutes sortes de maladies… Marine était fascinée, surtout par les nombreux reptiles (serpents, tortues…)

Samedi, nous avons pris un taxi-brousse pour nous rendre à Atakpamé, à 160 km au nord de Lomé : le véhicule était prévu pour 7 personnes, mais nous nous y sommes entassés à 13. .. et pourtant nos partenaires d’Adich avaient réservé une place de plus qui devait rester libre pour que nous nous sentions à l’aise, nous aurions donc pu accueillir encore 2 personnes, peut-être même 3 ! Mais c’est comme cela en Afrique, ce sont les conséquences de la misère et de l’indigence dans lesquelles vit la population. Le voyage s’est pourtant bien passé, malgré de nombreux arrêts causés par un ventilateur déficient et vers midi, nous avons enfin aperçu les 7 collines d’Atakpamé !

Nous sommes hébergées chez Kokou Todjro, un membre d’Adich, chef d’une famille nombreuse vivant dans des petites pièces construites autour d’une agréable cour centrale. Là circulent en toute quiétude deux chiens, des poules avec leurs couvées, des chèvres et un splendide bouc. Il y a un palmier avec de grosses noix de coco, un avocatier et un petit citronnier, ainsi que de splendides lauriers roses et blancs.

La famille est accueillante, chaleureuse et ouverte. Il y a des enfants partout, et pourtant, on ne se sent pas dérangé, ni gênés.

Nous avons déjà assisté à une fête de mariage, remis la coupe lors d’un concours de cartes en présence du préfet et rendu visite à ce dernier. Mais comme son bureau est, comme il se doit pour un personnage haut placé, équipé d’une climatisation meurtrière, Marine s’y est enrhumée et elle garde la chambre aujourd’hui.

Voilà, ce sera tout pour aujourd’hui !

Au revoir !

--------------------------------