Togo

Le nouveau numéro de comptes SEPA pour des dons de Togo :

BIC-No: GENO DE F1 VEC

IBAN: DE05 2806 4179 0135 875809





EVOGLOBAL - Exemple d'initiative de sensibilisation

des jeunes aux problèmes environnementaux

mondiaux


Le Lycée français de Dusseldorf a initié un groupe de travail intitulé "Evoglobal" rassemblant des lycéens, des collégiens et des primaires en vue de réaliser des projets de développement, en particulier au Togo.

Ses objectifs sont :

faire prendre conscience aux élèves de leur place dans le monde, de l’impact de leurs actes sur la marche de nos sociétés,

appréhender un problème dans sa globalité, prendre des responsabilités, imaginer des solutions, avancer ensemble,

travailler en collaboration avec des collèges et lycées togolais, ainsi que de plusieurs écoles allemandes.

Le groupe Evoglobal est encadré par un comité parental et est piloté par Mme Kloecker, enseignante.

Il coopère actuellement avec le Comité de vie lycéenne (CVL) pour tourner un film sur le thème : « Comment nourrira-t-on la planète en 2050 ? ». Il a également rencontré 5 étudiants de l’École Centrale de Nantes dans le cadre d’ « Ingénieurs sans Frontières Nantes ». La première rencontre a eu lieu les 16, 17 et 18 janvier dans le cadre d’un séminaire organisé par LHL sur le thème des réchauds à pyrolyse.

Découvrez le projet ELAGNON, porté en partie par le groupe Evoglobal auprès des populations d’Atakpamé au Togo.



ELAGNON - Un projet global à Atakpamé (Togo)


Le projet ELAGNON, qui signifie "Espoir" en langue houdoue, a pour objectif la lutte contre la désertification et la pauvreté grâce au microcrédit, à l’alphabétisation, à l’introduction de techniques agricoles innovantes et respectueuses de l’environnement, au reboisement intensif, à la formation professionnelle de jeunes artisans et à la fabrication locale de paniers isolants et de réchauds à pyrolyse ne consommant plus de bois. Ce projet d’une envergure de 83 000€ sur 3 ans estcofinancé par le BMZ allemand.

La particularité d’ELAGNON est d’unir les synergies de trois partenaires :                l’« Association pour le Développement Intégral de la Communauté Houdou» (ADICH) au Togo, l’ONG allemande « Lernen-Helfen-Leben e.V. » (LHL) et le Lycée Français de Düsseldorf (LFDD), en faisant la part belle aux femmes et aux enfants.


LES FOYERS A PYROLYSE

Les réchauds à pyrolyse commercialisés à Atakpamé sont le résultat d’un partenariat fructueux entre ADICH, LHL et le LFDD. Depuis 5 ans, LHL organise des séminaires sur la technique de la pyrolyse auxquels participe le groupe EVOGLOBAL du LFDD. Il s’agit de collégiens et de lycéens investis dans notre projet au Togo.

En juillet 2015, M. Richard Fetzner (LHL)s’est rendu à Atakpamé pour y présenter le système de la pyrolyse. M. Grégoire Dagoh, soudeur à Atakpamé, et les jeunes qu’il a formés dans le cadre du projet, ont ensuite imaginé un réchaud intégrant parfaitement cette technique et répondant aux attentes des femmes de la communauté.

Le résultat est un foyer pratique et performant, innovant dans sa technologique mais traditionnel dans sa forme, dégageant peu de CO (monoxyde de carbone), n’utilisant pas de bois... et produisant même du charbon de bois! Il est vendu aux femmes sur la base d’un apport initial de 10€, les 13€ restants étant financés grâce à un crédit à 0%.GALETTES DE BIOMASSE ET PRESSE MANUELLE

Durant 6 mois, un groupement de femmes, sous la conduite de Mme Yawa Akogo Enyonam, Responsable du projet ELAGNON, a testé des éléments de biomasse disponibles dans la communauté et susceptibles de remplacer avantageusement le bois. Elles ont finalement produit des galettes (« tourteaux »)à base de résidus de coques de noix et d’huile de palme, le tout étant lié par de la fécule de manioc. Ces tourteaux peuvent être formés à la main ou bien moulés par une presse manuelle conçue et offerte par l’ONG allemande "Arbeit und Dritte Welt e.V.“

Ces galettes permettent de sauver les arbres et les femmes et leurs enfants sont enfin libérés de l’harassante corvée de bois. De plus, les réchauds à pyrolyse produisent leur propre charbon de bois que l’on ajoute au compost pour produire la très fertile terra preta.

LES PANIERS ISOLANTS

En juillet 2015, 4 étudiants - Ingénieurs sans Frontières de l’École Centrale de Nantes ont travaillé avec l’équipe de femmes de Mme Yawa Akogo Enyonam pour fabriquer des paniers isolants à base d’osier, de tissu et de kapok. Lorsque riz, maïs, haricots... ont pris, il suffit de transvaser la marmite dans le panier isolant, où la cuisson continue. Un groupement de femmes s’est déjà formé pour en fabriquer en grandes quantités. Ces paniers réduisent considérablement la consommation decombustible et permettent plusieurs cuissons simultanées.

LES MESURES D’ACCOMPAGNEMENT DE CES ACTIONS

Nous avons mené de nombreuses campagnes de sensibilisation dans les villages de la communauté Houdou sur la nécessité de reboiser et d’opérer une véritable révolution énergétique en donnant la priorité à la biomasse sur le bois. Dans chaque village, deux jeunes femmes ont été formées pour devenir les multiplicatrices de ce projet et populariser les foyers à pyrolyse. Sept écoles primaires togolaises ont adhéré à l’action « Un enfant, un arbre », lancée par ADICH.

Le groupe EVOGLOBAL du Lycée Français de Düsseldorf mène de son côté des actions locales et en direction de ses partenaires togolais dans le cadre de la lutte contre la désertification :

plantation et parrainage d’arbres à Düsseldorf par les élèves de primaire, participation des collégiens et lycéens aux séminaires organisés par LHL en Allemagne, information de la communauté scolaire sur les risques de la désertification en collaboration avec le Secrétariat exécutif de la Convention des Nations-Unies sur la Lutte contre la Désertification (CNULD)...

"En dépit des difficultés rencontrées par la mise en place d’un projet aussi global et innovant, nous sommes encouragés par l’élan soulevé par notre projet au sein de la communauté houdou et des élèves du LFDD et restons optimistes quant à l’avenir, convaincus que nos mesures et nos initiatives sont les bonnes réponses aux problèmes rencontrés par nos partenaires togolais"

Chantal Kloecker, Responsable du projet Elagnon.



FOYERS à PYROLYSE

ET PRESSES À BIOMASSE

POUR LE TOGO



Ou comment le LHL

aide les femmes togolaises

à devenir indépendantes énergétiquement

et à lutter contre la déforestation et la désertification de leur pays.


Quelle est la situation actuelle?

Qui sont nos partenaires?

Quels sont nos objectifs?


Depuis 2009, l’ONG allemande „Lernen-Helfen-Leben e.V.“ mènent un partenariat gagnant-gagnant avec l’association togolaise ADICH (Association pour le Développement Intégral de la Communauté Houdou). À ces partenaires sont venus se joindre SES(« Senior Expert service »), « Ingénieurs sans Frontières », Engagement Global et « Arbeit und Dritte Welt e.V. ».

Nos actions concernent de nombreux domaines, mais actuellement, nous mettons l’accent sur la lutte contre la pauvreté et la déforestation : plantations d’arbres, sensibilisation de la population (particulièrement des enfants) au rôle fondamental des arbres, introduction de foyers à biomasse.

C’est dans ce cadre qu’en juillet 2015, 4 étudiants d’Ingénieurs sans Frontières de l’École Centrale de Nantes, accompagnés de M. Fetzner, ingénieur allemand à la retraite, ont travaillé à Atakpamé avec les soudeurs et les forgerons locaux pour mettre au point un foyer à pyrolyse performant ne consommant pas de bois, mais de la biomasse. Un prototype est exposé à l’ambassade d’Allemagne à Lomé.

Nous avons bénéficié d’un important don d’outils de la part de „Arbeit und Dritte Welt e.V. ». Notre collaboration porte maintenant ses fruits : le foyer a été adapté par les artisans locaux aux besoins et habitudes des femmes de la région et a été présenté à l’ensemble de la communauté en février. Deux multiplicatrices par village sont chargées de la démonstration et de l’explication du fonctionnement (très simple) des foyers.

Parallèlement à cette évolution dans la technologie des foyers, une révolution énergétique se profile : l’introduction des « tourteaux » de biomasse comme combustible durable et pratique et bon marché. Les groupements de femmes d’Atakpamé ont réalisé un excellent travail de recherche et ont mis au point une biomasse de qualité à base de matériaux locaux.

Nous en sommes arrivés à la conclusion encourageante:


Nous n’avons plus besoin de bois, ni de charbon de bois.

C’est une bonne nouvelle pour les arbres !


La situation à Atakpamé et dans ses environs est dramatique: les derniers arbres sont victimes de coupes sauvages par une population pauvre et désespérée. ...



et les femmes continuent à cuisiner sur les 3 pierres traditionnelles.


Notre solution: le foyer à pyrolyse à biomasse

Voici comment fonctionne le foyer à pyrolyse de Grégoire, soudeur, et de son équipe: une double-circulation d’air, avec l’air primaire et l‘air secondaire, un réglage de l’arrivée d’air. Un support en forme d’entonnoir, comme c’est l’habitude dans cette région… et l’utilisation de biomasse.

Le fonctionnement du foyer est simple, il produit très peu de fumée et la flamme est vive et régulière.

Ce foyer est fabriqué dans l’atelier de Grégoire, et exposé devant sa porte, en bordure d’une route très fréquentée.

Ce foyer a été présenté à la presse et à la télévision nationales, ainsi qu’aux radios locales en février 2016.

Il ne consomme ni bois, ni charbon de bois.



Ce que nous avons fait en février 2016 ;

Ce séminaire, financé par Engagement Global, est à marquer d’une pierre blanche dans notre partenariat. Les multiplicatrices ont testé divers matériaux végétaux : miscanthus, restes d’huile de palmes, coques de noix, paille, tiges de manioc…


, le tout lié par de la fécule de manioc… et ce malaxage produit un combustible de qualité, bon marché et disponible dans chaque village.


il faut ensuite presser ce combustible pour en faire des „tourteaux“. Grégoire est ici en train de monter la presse fournie par « Arbeit und Dritte Welt e.V. ».



Nous avons testé différents mélanges.



Cette avancée signifie un grand progrès pour les femmes et les enfants qui n’auront plus besoin de parcourir de longues distances pour effectuer la corvée quasi quotidienne de bois… d’autant plus que la déforestation galopante fait entrevoir un proche avenir sombre.

Elle est synonyme également de progrès dans le domaine agricole, car les réchauds à pyrolyse produisent leur propre charbon de bois, qui peut être réutilisé, vendu ou mélangé au compost pour fabriquer la très fertile terra preta.

Cette nouvelle source d’énergie a été présentée dans 17 villages. Nous avons cuisiné avec les femmes…
puis partagé le repas avec elles.

Voici un menu typique togolais: riz, viande de chèvre, sauce aux piments :





Et maintenant?



La campagne de sensibilisation d‘ Adich a trouvé un écho positif au sein de la population: entre 50 et 100 femmes nous attendaient dans chaque village! Les femmes se sont montrées très intéressées par le foyer à pyrolyse. Elles se rendent compte aussi des avantages de produire soi-même son combustible.

Ceci est vraiment une grande avancée, surtout quand nous allons combiner ces foyers avec les paniers isolants dès juillet 2016.

La demande de la part des femmes est forte, mais le prix de revient (23€) est trop élevé et nous réfléchissons actuellement à un système de subventions et de paiement par traites sur la base du microcrédit.



Ce projet représente un vrai progrès et un grand espoir pour le Togo et bien d’autres pays.